AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Khaalya, la jeunesse d'une Minotoris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khaalya

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 33
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Khaalya, la jeunesse d'une Minotoris   Jeu 7 Juin - 6:09

Khaalya sautait de toit en toit dans la nuit. Son poursuivant, malgré son manque d’agilité et son poids tenait bon depuis près d’un quart d’heure. Incroyable. Elle savait qu’en le défiant elle aurait affaire à forte partie, mais ne pensait pas avoir à fuir comme elle le faisait actuellement.

Tout avait commencé quelques heures plus tôt. Krys était arrivé en courant et criant dans la rue, l’effort faisait rougir ses joues. Khaalya, qu’une adolescence difficile avait pourvu d’une sagesse précoce, avait doucement relevé la tête de la pierre précieuse qu’elle examinait pour regarder calmement le jeune humain arriver.
Elle était assise en bas de chez elle, une maisonnette louée à un prix d’or pour ce qu’elle valait, comme il en existe tant dans les ruelles insalubres d’Astrub. Cela puait les excréments et le vomi d’ivrogne, et il valait mieux ne pas s’y s’attarder désarmé à la nuit tombée. Mais comme ses parents avaient tout perdu à la fin de leur vie, Khaalya n’avait que de maigres ressources pour vivre et devait se satisfaire de peu. Elle prenait le bon côté des choses en se disant qu’elle s’endurcissait de cette manière, et que le jour ou elle deviendrait riche, elle saurait garder la tête froide.

Le garçonnet, plié en deux, la tête baissée et les mains sur les genoux, peinait à reprendre sa respiration. Elle le regarda avec tendresse. Ce jeune humain était devenu un compagnon d’infortune assez rapidement quand elle avait emménagé dans le quartier. Orphelin de mère et ayant un père alcoolique et violent, il passait son temps à chaparder çà et là. Elle l’avait surpris alors qu’il essayait de l’espionner en train de se déshabiller un soir avant de se coucher. Précoce, le gamin. Elle était parfaitement consciente qu’il était amoureux d’elle, mais si leur trop grande différence d’âge la repoussait, elle était quand même très attachée à lui.
L’embrassant sur la joue pour le calmer, elle produisit exactement l’effet inverse. Tournant du rose au pourpre, le gamin se mit à balbutier. Se reprenant, il arriva enfin à articuler. Teluob était de retour.

Au son de ce nom, Khaalya ne pu s’empêcher de se raidir. Tous ses poils se hérissèrent dans son dos et ses babines se retroussèrent pour laisser apparaître ses canines pointues. Elle eu l’air si terrifiante que le gamin recula en blêmissant.

Enfin ! Après des années passées à sa recherche, il venait se livrer à elle. Ses parents étant devenus ses esclaves, il avait très tôt utilisé son droit de vie et de mort sur eux, dans le comportement violent et égocentrique propre aux démons. Il les avait torturés à mort pendant trois Lunes pour une histoire de tâche sur son tapis en poils de Wa Wabbit.
Il était plus que temps qu’il paie.

Montant chez elle pour chercher son épée, Khaalya se remémora ces deux dernières années passées à parcourir des lieues dans les landes de Sidimote, à combattre des chaffers, Sorbuts et Ouginiacs. Sa force avait considérablement augmenté, et elle se sentait prête à terrasser l’Iop, qui devait commencer à se faire vieux.

Glissant son épée parfaitement astiquée dans son fourreau, elle se diriga vers la taverne. Il était encore un peu tôt, mais qu’importe, elle l’attendrait. Il ne pourrait manquer de passer boire une bière d’Astrub, célèbre dans toute la comté. Elle s’assit dans un coin sombre et rumina des pensées qui ne l’étaient pas moins.

La taverne se remplit peu à peu, et les premières bagarres éclatèrent, vite noyées sous des litres d’alcool. Tout à coup, vers 23h, un brusque silence se fit dans la taverne. La porte venait de s’ouvrir et un être à la stature gigantesque venait d’entrer. La large épée qui parait son côté imposait le respect. Une cape légère et faite de tissu riche lui couvrait les épaules, un capuchon laissant paraître quelques cheveux blancs. Sa tunique était noire, barrée d’un croix rouge sang. Son visage, terrifiant, hypnotisant, était pâle comme la mort.

Un souffle glacial emplit la salle. Khaalya, luttant contre l’engourdissement et sentant son sang s’échauffer à la vue de cet être, se leva d’un bond pour barrer le chemin au démon.
D’abord surpris, les yeux de ce dernier se plissèrent, et sa bouche finit par former un rictus sarcastique, qui se transforma bientôt en un rire toniturant, faisant s’évanouir de peur les deux pirates qui cinq minutes se battaient une pièce du trésor de Badoul autour de leur choppe, à grand renfort de vantardise sur leur puissance.

Ne s’en laissant point compter, sans un mot, Khaalya sorti sa lame flamboyante et chargea.
Le démon, sans cesser de rire, ne fit qu’un geste de la main qui envoya notre jeune chatte valdinguer dans les tables. Pas si sénile, le vieux. La partie allait être plus tendue que prévu. Les spectateurs formèrent rapidement un cercle en renversant les tables autour des deux combattants, pour ne rien rater mais ne pas risquer de prendre un mauvais coup. Pendant plus d’une heure, ils combattirent au corps à corps, sans laisser un pouce de terrain à l’autre. Si Teluob était plus puissant, Khaalya avait l’avantage d’être plus légère et agile que lui, ce qui lui permettait d’éviter la plupart des coups qui auraient tranché un Abraknyde en deux. La milice avait vite été attirée mais n’osaient prendre part au combat pour séparer les assaillants, de crainte de finir taillés en rondelles par la Razielle du démon.

Sentant la fatigue venir, Khaalya réfléchit en continue à esquiver les coups. Elle ne pourrait décidément pas battre son ennemi juré sur son propre terrain, et malgré la promesse qu’elle s’était faite, il allait falloir utiliser le bluff. La célèbre chance des Ecaflips. Que son dieu soit avec elle.
Bondissant entre les tables, elle se fit suivre par Teluob jusqu’à l’escalier qui montait au toit de la taverne.

C’est ainsi qu’il se trouvèrent à courir de toit en toit dans la nuit, guidés par le seul reflet de la lune sur leurs armes. Réussissant à prendre quelques mètres de distance, Khaalya tenta le tout pour le tout. Elle fit semblant de glisser sur une des tuiles instables qui garnissaient les toits d’Astrub, et de tomber dans le vide. Une chute de ces hauteurs aurait été fatale à n’importe quel être vivant. Elle se rattrapa au dernier moment à la goutière, priant Ecaflip pour qu’elle tienne suffisamment longtemps.

Elle entendit le pas lourd de son poursuivant qui arrivait, son souffle rauque laissant trahir une grande fatigue. Il s’approcha du bord et laissa échapper un juron. Il aurai bien aimé s’en charger lui-même. Profitant de ce qu’il se reposait quelques instants en regardant la ruelle en contrebas, Khaalya grimpa subrepticement les quelques centimètres qui les séparaient. Elle banda tous ses muscles. Jaillissant comme un tofu-surprise, elle agrippa la jambe de l’Iop et tira de toutes ses forces.

N’étant pas préparé, le vieux laissa échapper un cri assez peu viril en basculant dans le vide, avant de se fracasser le crâne contre les pavés irréguliers.

L’écaflip s’assit sur le bord du toit, laissant ses jambes pendre dans le vide. Elle inspira un grand coup l’air de la nuit. Enfin. Elle avait accompli sa vengeance. Pourtant, elle ne ressentait pas le soulagement qu’elle avait espéré. La détresse de la perte de ses parents avait été tellement grande, que la simple mort de leur bourreau ne lui suffirait jamais.

Son âme était condamnée à pourchasser des démons pour l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Khaalya, la jeunesse d'une Minotoris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La jeunesse de Khassim Al-Rakim
» La jeunesse d'Alexandre
» Les trucs a faire avant la fin de la jeunesse...
» Laurelinn, souvenir de jeunesse : Le serpent .
» Les génériques de notre jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LES ROULOTTES SILENCIEUSES :: Minotoris Perfectus-
Sauter vers: