AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 hallucination ou machination?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
odhana

avatar

Nombre de messages : 147
Localisation : En fuite...
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: hallucination ou machination?   Ven 3 Aoû - 4:09

Un Osamoda tout bleu (‘fin bleu turquoise, il y tient) m’assène le plus gros coup de marteau jamais reçu…en tous cas depuis mon dernier combat contre un démon xelor.

« Belomen est mort, on a retrouvé son corps près de la première roulotte » me dit-il la gorge serrée, de grosses larmes roulant sur ses joues rebondies.

Fuyant la crue et triste vérité, je le pousse violemment contre le mur de pierre et m’élance à travers Bonta afin de me réfugier au jardin de l’atelier des cordonniers.
J’y passe de longs instants, plongée dans un état de torpeur latent. Ici, rien n’a changé. Ce trou qui laisse passer de façon diffuse la lumière au travers de la toiture, cet arbre feuillu accueillant quelques pious, ce banc de bois…Les minutes, les heures passent… Je me sens en décalage de ce qui m’entoure en dehors de ce jardin. Je me sens étrangère à tout désormais. Le temps et le déplacement des ombres, la température qui tombe, le son des insectes… Tout me laisse indifférente.

« Odhana, que t’arrive t il ? » demande soudainement une voix soucieuse, détenant en son timbre les accents chantants de Pandala.
C’est Nevermind, le fils du célèbre Narchy Lupin, qui se tient ahuri, devant moi.

Je reste silencieuse… Il faut que je me concentre pourtant…. Vodka l’a bien dit : « Les ouginaks aboient, la Caravane passe ». Il faut que nous continuions notre chemin ainsi que le spectacle.

Je relève les yeux, décidée à cracher ma douleur et songeant au préalable : « Mmmh, l’est pas mal quand même ce panda… ».

« Belomen n’est plus, ai pas vu le corps, c’est Leek qui l’a trouvé » dis je sans autre forme.

Tenue néanmoins au vu de mon rôle de veuve respectable d’entamer quelques explications, je lui révèle les quelques éléments morbides connus : le corps étendu, la plaie béante, l’hypothèse de l’utilisation de dagues.

« J’veux boire… » dis-je soudainement, m’élançant vers la taverne aux serveurs les plus séduisants et m’y saoulant instantanément.

Nevermind, malgré son goût pour les boissons frelatées m’observe d’un regard désapprobateur : « De deux choses l’une : ou tu décides de poursuivre ta descente aux enfers et, pour sur, ces boissons t’y aideront, ou tu décides de te reprendre en main et de poursuivre en avant le fil de ton existence. Pour ce deuxième choix, je suis prêt à t’aider ».

Embrumée par les vapeurs émanant des différents tonneaux, mes jambes flagellant sous l’effet des dernières lampées ingurgitées, je me laisse rouler au sol, ces propos résonnant dans ma tête. Je reste ainsi de longues heures étendue, langue pendante et yeux roulants.

Le réveil est douloureux, quelques serveurs rieurs passent un dernier coup de balai avant la fermeture en me regardant. Never est parti, laissant un mot à mon attention.
Reprenant toute ma contenance habituelle, j’essaie de retrouver le cours d’une existence un tant soit peu normale.

Les jours suivants laisseront donc peu à peu le baume apaisant des rencontres et du shopping recouvrir cette douleur.

Jusqu’à ce que, alors que le quartier du château devient un de mes lieux privilégiés de
villégiature, il me semble voir… Belomen, en chair et en os, en grande discussion avec un Soleil. Ah, le fourbe, avec un nain en plus !

L’esprit embrouillé et l’Eca portant un masque, il m’est difficile d’affirmer avec certitude que ce mâle n’est autre que chaton.

Pourtant, ce parfum, cette gestuelle, ce timbre de voix….

Je n’avais pas voulu voir le corps jusqu’alors, maintenant, c’est ma principale préoccupation.

Ni une ni deux, je file à travers la petite citée en direction du port, renversant sur mon passage un étal de poissons frais et ramassant à la volée quelques injures.

Je saute les quelques marches conduisant à l’entrée de la roulotte mortuaire.

Plissant les yeux au vu de l’obscurité ambiante, je ne discerne pas le corps. Je m’approche, allume une bougie du mineur sombre, tâtonne à la volée : le corps a disparu…. A moins qu’il n’ait jamais été là !

Les différentes hypothèses jaillissent de mon esprit.

J’en retiens une rapidement : une perfide machination montée entre Belomen et Leekan, ce dernier couvrant la volonté de chaton de me quitter pour rejoindre celle de sa double vie !

Quel meilleur alibi pour quitter son épouse que de se faire passer pour mort !

_________________
"Pân i valt law thilia" (tout ce qui est or ne brille pas)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 34
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: hallucination ou machination?   Lun 6 Aoû - 3:02

Khaalya était encore sous le choc.

La disparition du cadavre de leur ami était pour le moins étrange, mais ce n'était rien à côté de la surprise qu'elle avait eu en sortant de la banque hier.

Belomen, ou en tout cas il lui ressemblait comme deux gouttes d'eau, l'abordait avec un sourire charmeur. Abasourdie, elle avait voulu prendre dans ses bras ce félin qui n'était visiblement pas au bout de ses 99 vies.

Mais il avait réagit comme un étranger, ne semblant pas la reconnaitre, même pas quand elle le mit à terre d'un revers de main, comme cela lui était arrivé plusieurs fois alors qu'il voyageait encore dans la Caravane.

Odhana était arrivée à ce moment là, mais sa réaction avait été un peu différente. Visiblement convaincue que Belomen bluffait, donnait une excuse bidon pour la tromper, elle lui avait sauté dessus, rouge de colère.

A la surprise des deux femmes, là ou le doux Belo qu'elles connaissaient se serait laissé roué de coups, celui-ci avait envoyé la Craette au tapis, et il fallu que Khaalya intervienne pour arrêter son bras.

Intriguées, elles avaient décidé, ou plutôt Khaalya avait décidé, car Odhana feignait l'ignorance, certainement outrée du comportement de son défunt-vivant mari, de tenter de ramener en lui une étincelle de mémoire, qu'il prétendait visiblement avoir perdu.

Leekhan aussi l'avait acceuilli avec un geste de fureur alors qu'ils se dirigeaient vers le sanctuaire des Dragoeufs, où ils avaient passé tant de temps ensembles.
C'était avec un éclair belliqueux dans les yeux que Belomen avait répliqué et menacé de s'en aller, ne voyant aucune raison de rester avec "des étrangers aux si mauvaises manières, et dont il n'avait que faire, eux et leur prétendue affection".

Pourtant, il les avait accompagnés. Certains signes ne pouvaient tromper, c'était bien lui, malgré sa froideur et une rage au combat qui ne lui ressemblait pas.

Désespérée de n'avoir pas retrouvé son protégée alors qu'au premier instant son coeur avait été empli d'une joie et d'un espoir fous, Khaalya finit par se retirer, lui demandant malgré tout de leur rendre visite au campement. Elle rêvait toujours de lui rappeler qui il était, qu'il revienne avec eux partager autant de bons moments.
Et ce même si des choses devaient changer à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Par là...
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: hallucination ou machination?   Mar 7 Aoû - 3:38

Un vent froid soufflait lentement sur Amakna alors que la lune faisait des cieux son domaine. Perché sur un arbre, pensif et enroulé dans sa lourde cape noire - un cadeau de Niabea - Belomen regardait non loin les quelques lueurs des habitations de Madrestam. Là, en fait, où il avait été retrouvé, hagard, crasseux... et surtout sans le moindre souvenir. Même son nom alors lui était devenu étranger... Vivre sans passé est une expérience étrange... à la fois magnifique et angoissante. S'émerveiller à nouveau de toutes les choses de cette terre, comme un enfant à peine né... pour masquer la terreur de nuits sans rêves, seulement peuplées par le vide de notre inconscience. Ses souvenirs d'antan se résumaient à un vulgaire sac de cuir de crocodailles et à une alliance sur laquelle l’on avait pu déchiffrer son nom.

Belomen... C’est ainsi qu’il avait du s’appeler autrefois... et c’est le nom que dans cette nouvelle vie il porterait à nouveau. Mais même cette découverte, pourtant si précieuse, n’avait pas déchiré le voile sinistre de l’oubli. Sa mémoire était restée à lui définitivement vide. Seulement... si lui n’avait aucun souvenir... il n’en était pas de même des autres personnes, évidemment. La première à l’avoir reconnu, Niabea, l’avait emmené avec lui en la demeure de son Ordre. Là-bas, soigné et réconforté, Belomen avait, lentement mais sûrement, repris des forces. Son poil, rendu terne par ses mésaventures, retrouva peu à peu une couleur blanche éclatante tandis que son corps meurtri prenait lentement des contours oubliés.

Oui... la forme lui était revenue rapidement... malgré les étranges blessures qui, alors, ravageaient son corps. Il en garderait quelques cicatrices, dissimulées sous sa fourrure mais n’en avait cure finalement. A peine remis sur pieds Niabea insista pour le faire combattre, encore et encore, lors de pénibles et longues séances dans la salle d’armes de l’Ordre. Cela aussi Belomen l’avait oublié, si seulement déjà il avait su, même un peu, se battre. Son « protecteur » semblait savoir un certain nombre de choses à son sujet... enfin... sur celui que jadis il avait été. Mais ni l’un ni l’autre, jamais, n’abordèrent le sujet. Cela soulageait le jeune eca d’ailleurs qui commençait à croire pouvoir vivre en dehors des fantômes d’antan.

Et c’est ainsi que, un peu plus chaque jour, l’ecaflip apprit les arts de l’épée. Jusqu’à ce jour où, n’ayant plus rien à lui apprendre, Niabea l’invita à reprendre la route pour s’aguerrir, lui offrant à l’occasion une monture d’un noir d’ébène, Memorya, cette cape noire ainsi qu’un masque. Oui un masque... tout deux savaient que l’ecaflip risquait de recroiser, au dehors, des personnes appartenant à son passé. Ce masque lui éviterait sans doute bien des soucis... et, peut-être, bien d’inutiles souffrances. Et Belomen s’en était allé, explorant à nouveau un monde qui lui était devenu inconnu, combattant à gauche à droite sans véritable but.

Parfois certaines personnes avaient semblé le reconnaître... mais leurs propos, incohérents, n’avaient rencontré que le mur de son refus. Refus de chercher à comprendre... refus aussi de tomber dans la vaine quête de la recherche de sa mémoire. Il en était venu en effet à se persuader que ce coup du sort que l’on aurait pu croire si dramatique, était, peut-être, sans doute même, une bénédiction issue de la volonté d’Ecaflip, ou, qui c’est, de Mystra si Niabea disait vrai. Une sorte de seconde chance qu’il pouvait saisir... ou non. La question était néanmoins rhétorique, il était bien décidé à repousser les doutes l’entourant et à devenir le seul maître de sa nouvelle existence. Solitaire certes... mais libre avant tout.

Oui... qu’importe vraiment qui il avait été autrefois. Encore faut-il ne pas faire d’erreur...

Alors qu’il se promenait en Bonta, toujours dissimulé derrière son masque noir, il avait abordé, par amusement et, qui sait ?, par intérêt une délicieuse ecaflip. Sans savoir, malheureusement, que cette dernière faisait partie de son passé. En quelques minutes il s’était vu rosser, avait rencontré une crâette prétendant être sa femme. Pour peu il en aurait rit si la lassitude, déjà, ne l’avait pas lentement prise dans ses bras. Elle aussi avait voulu le jeter à terre... mais, sous la colère, il l’avait repoussé avec violence. L’innocence est souvent la meilleure des protections... et Belomen s’en entourait. Convié à accompagner ces étrangers, apparemment convaincus qu’il mentait - triste idée - , il avait participé à quelques combats en leurs compagnies.

Le temps finalement de faire un tri... bien que convaincu que ces gens se trompaient, il était parvenu, déjà, à savoir qui parmis eux éprouvaient de la colère... voir de la haine à son égard et ceux, au contraire, qu’il pouvait considérer comme « ami ». Sa prétendue femme et un osa bleuté semblaient faire parties de la première catégorie... tandis que la seconde, plus restreinte, semblait contenir la seule Khaalya. C’est cette dernière qui, terriblement déçue par le manque de résultats de ses efforts, l’avait convié à venir leur rendre visite, un jour, en leur campement.


- Ouais... Mais encore aurait-il fallu me donner l’emplacement...

Une semaine déjà s’était écoulée, semaine durant laquelle l’ecaflip avait eu tout le loisir de réfléchir... et de trouver où, dans Amakna, pouvait bien se trouver cette mystérieuse caravane. Il s’y était rendu, plus par sympathie pour l’ecaflipette que par réelle curiosité. Le besoin, sans doute aussi, d’estomper quelques malaises... et peut-être de régler quelques comptes. Toujours drapé dans sa cape, toujours soumis aux vents il se présenta le matin suivant à l’entrée du campement.

_________________
Belomen
Adepte de la chance... avec ou sans elle...
Au tranchant de ma lame je découvre la fortune des mes ennemis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya

avatar

Nombre de messages : 174
Age : 34
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: hallucination ou machination?   Mer 8 Aoû - 8:51

Ce matin là, contrairement à ses habitudes, Khaalya n'était pas partie à la chasse. Depuis l'arrivée de Nevermind à la Caravane, elle passait de plus en plus de temps à entretenir la roulotte de Minotoris. Elle voyait en effet en lui le candidat idéal pour sa roulotte, sont imposante musculature et son maniement de la hache ayant fait leurs preuves. Elle en était sure, il deviendrait Minotoris. Enfin au moins elle l'espérait, et elle ferai ce qu'elle pourrai pour l'attirer, malgré le fait qu'il soit très proche d'Odhana, dont l'originalité sembliat avoir une emprise sur lui.

Sortant le tapis en poil de léopardo pour le secouer sur les marches, son regard s'accrocha à une silhouette familière. Belomen, qu'elle reconnu instantanément même s'il portait toujours ce masque biscornu, se tenait debout à l'entrée du campement, paraissant hésiter à faire un pas de plus.

Lachant le tapis, la féline se redressa, l'étincelle qui lui illuminait les yeux quelques secondes auparavant se ternissant. Non qu'elle ne fut heureuse de revoir son protégé, mais la dernière rencontre avec lui n'avait pas pu totalement refermer les plaies ouvertes alors qu'elle le croyait mort.

Elle descendit lentement les quelques marches et se dirigea vers l'Ecaflip. Forcant un sourire, elle lui dit:


"Je suis contente que tu sois venu. Peu m'importe que tu veuilles ou non retrouver ta mémoire maintenant. Si Ecaflip a voulu que tu la perde, je ne crois pas qu'il ait pu altérer ta personnalité. Tu étais mon ami, et je crois que tu peux encore l'être, ainsi que celui des autres Caravaniers qui, je peux te l'assurer, t'ont tous apprécié.

Viens, je vais te faire visiter ce qui fut une partie de ton ancienne vie."

Ils passèrent le début de l'après midi ensemble, visitant une à une les roulottes désertes de leurs occupants vacant à leurs occupations journalières. Plusieurs fois, Hhaalya cru percevoir des tics nerveux de Belomen lorsqu'il prenait en main des objets qui lui étaient auparavant.

Mais ce qui la surprit le plus c'est lorsqu'elle ouvrit son ratelier pour lui montrer les dernières épées de sa création, que le félin regarda avec admiration, faisant rouler quelques unes des lames d'un mouvement de poignet pour en apprécier l'équilibre... Là où le Belo qu'elle connaissait aurait jeté un regard vide, voir presque condescendant, avant d'aller s'affaler au pied d'un arbre.

La surprise se mélangea à une douce sensation de plaisir et d'espoir quand elle l'imagina devenir un fier guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 32
Localisation : Par là...
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: hallucination ou machination?   Jeu 9 Aoû - 2:04

Cela avait été avec un soulagement certain que Belomen avait vu s'avancer vers lui Khaalya, sortant avec un sourire d'une caravane non loin. Encore une fois elle l'avait considéré comme ce Belomen qu'autrefois, peut-être, il avait été... mais qu'importe. Il ait des façons de faire, des façons d'agir ou de parler, qui ne peuvent être blâmées. Aussi, et lui rendant son sourire, il avait accepté tacitement de la suivre. Et puis... même si cela au fond lui importait peu... peut-être cela était-il vraiment partie de sa vie disparue ? C’était donc plus par curiosité qu’il la suivait à la découverte de la caravane. L’ambiance étrange des roulottes et chariots abandonnés lui arracha même plusieurs sourires...

Il sentait parfois peser sur lui le regard attentif de l’ecaflipette et n’osait alors le croiser, de peur d’y lire un espoir qu’il savait infondé. Elle l’emmena dans les quartiers qu’autrefois il aurait habité, lui présentant des effets lui appartenant. Il les manipula, un bref instant fasciné par ces reflets, ces persistances, d’un possible passé... puis chassa aussitôt ses pensées, refusant de se laisser aller à des suppositions à la fois hasardeuses et dangereuses. Ce n’était pas le lieu... et certainement pas le moment. Vraiment pas même...

La visite se poursuivit par l’atelier de l’ecaflipette, la plus grande surprise de la journée pour Belomen. Certes il savait la jeune femme redoutable au combat, son corps en portait encore quelques marques éphémères, mais... qu’à ce talent déjà si utile se rajoute ainsi l’art de forger des lames... intéressant et pour le moins surprenant. Machinalement il fit jouer quelques unes de ses créations dans l’air, plus impressionné encore par l’équilibre et la légèreté des lames. Il eut un sourire empli d’admiration et, croisant le regard de Khaalya qui souriait aussi se mit à rougir subitement en reposant l’épée sur le râtelier.


- Je... Je suis désolé... Je voulais juste regarder... Enfin... très bel ouvrage...

Pourquoi donc se devait-il d’être ainsi gêné ? La réponse en était simple... un instant, un instant seulement, il s’était laissé aller. Il eut peur un instant de ce que ce court séjour pourrait signifier et recula d’un pas, le regard perdu dans le vide. Il cligna des yeux et se reprit tout à fait.

- Dîtes... Si vous acceptez bien entendu... j’aimerais réellement vous confier la réalisation d’une lame qui me tiens énormément à coeur... Je souhaiterais l’offrir à un ami proche qui m’a soutenu dans certains moments difficiles récemment...

Depuis l’ecaflip écumait les terres d’Amakna à la recherche des composants rarissimes la composant... et avait presque fini de les réunir, encore quelques efforts sans doute et... il eut un sourire joyeux.

- ... enfin nous en reparlerons sans doute !

Façon de dire plus ou moins ouvertement qu’ils étaient amenés à se revoir prochainement. S’il n’était pas question pour lui de prendre la place d’un mort... ou de son fantôme, rien ne lui interdisait de profiter, parfois, de la présence de personnes qu’il appréciait. Et Khaalya... avec sa franchise et ses sourires à faire fondre un Craqueleur en faisait partie. Surprenante journée oui... mais Belomen n’avait aucun remord ni aucun regret d’être venu finalement. Et cela même, déjà, était une réelle surprise. Sans doute aussi par le fait que, au contraire de ce qu’il avait pu croire, ses « adversaires » présumés, l’osa et la crâette, n’étaient pas en présence... l’après-midi avait été calme, paisible et agréable... et finalement c’était bien cela qui importait non ?

Regardant les cieux Belomen eut un soupire... la route était longue pour revenir en la demeure des Mystras avant la tombée de la nuit... plusieurs heures de marche même. Il n’allait pas tarder à devoir repartir.


- En tout cas merci pour ces moments passés en votre compagnie Khaalya... ce fut un réel plaisir...

A la main son casque noir qu’il hésitait à remettre, hésitant à couper aussitôt le charme de l’après midi, profitant de ces derniers moments avant le départ. Oui... de bien beaux moments...

- Le Belomen que vous avez connu autrefois avait une chance formidable de pouvoir vous compter parmis ses amis... croyez le !

Il eut un dernier sourire, un brin amer, et fit quelques pas en direction de la route.

_________________
Belomen
Adepte de la chance... avec ou sans elle...
Au tranchant de ma lame je découvre la fortune des mes ennemis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hallucination ou machination?   

Revenir en haut Aller en bas
 
hallucination ou machination?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour de la machination
» Machination-Xz
» Hallucination auditive (musique)
» Méthode de l'Ougah.
» Stuff tanque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HISTOIRE ET VIE DE LA CARAVANE :: Carnet de Bord des Caravaniers-
Sauter vers: